LA FAC : COMMENT ÇA SE PASSE ? | TROIS CHOSES À SAVOIR

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue !

Aujourd’hui, je m’adresse à toutes les personnes qui s’apprêtent à aller à la fac ou qui y sont déjà et qui se sentent un peu déphasées.

Oui, c’est normal de se sentir déphasé. La première chose à savoir concernant la fac, c’est que c’est grand, qu’il y a du monde, que les codes ne sont pas les mêmes qu’ailleurs et qu’on peut s’y sentir très seul.

1. Le temps

Le temps, à l’université. Vaste sujet. Tu étais habitué.e jusque-là aux trimestres, désormais tu ne parleras plus qu’en semestres. Semestre 1, semestre 2, et l’année prochaine ce ne sera pas semestre 1 puis semestre 2 mais semestre 3 puis semestre 4. Oui, oui.

L’emploi du temps, le planning. Tu vas avoir des heures de cours complètement éclatées, une heure par-ci, trois heures par-là. Au début, tu vas sûrement trouver ça super d’avoir si peu d’heures de cours, mais rapidement tu vas comprendre que c’est un frein énorme parce que ces plages horaires qui sont libres cassent sans arrêt ton rythme. Tu seras souvent tenté.e d’aller te promener entre deux cours, ou de rentrer chez toi, et le problème c’est que ta détermination pour repartir ensuite en cours sera sans arrêt mise à l’épreuve. Et crois-moi, en septembre c’est gérable mais quand arrivent les mois de décembre, de janvier, de février, il en sera tout autrement.

Donc la gestion du temps, à l’université, c’est l’une de tes grandes épreuves. Je te conseille très vivement de planifier des activités sur tes heures libres : ça peut être du sport, du temps à la bibliothèque, ou même une balade au grand air, un petit chocolat chaud-lecture à la cafétéria que tu t’accordes telle après-midi de la semaine, mais je te déconseille vraiment de rentrer chez toi systématiquement, car c’est hélas mathématiques : il y a 100% de chances que tu décroches  complètement après quelques mois. 

Les étudiants qui sont actuellement dans cette problématique énorme des cours à distance ne pourront qu’en dire autant. Ils ne supportent plus l’isolement, et il devient pourtant encore plus difficile pour eux de reprendre les cours sur site. En fait ils n’en ont pas envie, ils préfèrent être chez eux mais en même temps ils ne parviennent pas à travailler à distance car c’est trop monotone et en même temps trop distrayant. Beaucoup se sentent en échec et j’espère de tout coeur que les choses rentreront dans l’ordre à ce niveau-là dès la rentrée 2021. Le cas échéant, je ferai une vidéo consacrée justement à la gestion du temps en mode confinement spécialement pour vous étudiant.es.

2. Les cours

Tes cours aussi seront différents à chaque semestre. Tu étais habitué auparavant à avoir un EDT pour une année complète, mais là ce sera au semestre avec des nouveaux cours tous les semestres. Ça peut être déroutant en première année, même si personnellement j’ai trouvé que cela dynamisait beaucoup le rythme de l’année. Quand tu n’aimes pas un cours, tu ne le subis pas trop longtemps, et quand tu en aimes un, tu n’as pas le temps de t’ennuyer et de faire le tour du sujet.

De la même façon, je pense que ce changement radical à chaque semestre permet de repartir du bon pied en milieu d’année, du moins, moi qui avais tendance par exemple à manquer des cours  en licence parce que j’avais un job à côté, ça me permettait vraiment de me remettre dans de bonnes résolutions à chaque fois et de ne pas avoir cette impression de couler et de décrocher.

Ce qui est intéressant avec les cours de l’université, c’est que tu auras des cours obligatoires mais aussi une place importante donnée à des cours que tu pourras choisir, dans ton domaine ou dans d’autres. Par exemple, si tu es en étudiant.e en histoire de l’art, tu peux très bien choisir un cours d’option en littérature ou en histoire, en sociologie, en philosophie. C’est donc à toi de composer en fonction de tes affinités et de ta curiosité, et ça permet de « s’aérer » l’esprit aussi en s’ouvrant à d’autres approches et à d’autres disciplines.

Tu auras, pour les cours obligatoires, un découpage en deux types de cours : les cours magistraux (CM) et les travaux dirigés (TD). Les deux sont complémentaires : dans le premier, tu auras cours dans des grandes salles (souvent ce sont les amphithéâtres) avec tous les étudiant.es de ta promo ; dans le second, la promo est divisée en petits groupes pour compléter le cours théorique. En histoire de l’art, nous avions par exemple un cours obligatoire d’histoire de l’art antique qui se composait de deux heures en amphi pour gratter le cours, accompagnées d’une heure de TD pour aller plus loin. C’était le même cours, mais ça pouvait être deux professeurs différents — généralement, le CM est donné par le maître de conférence ou le Professeur (ce sont des titres) et le TD est donné par la même personne ou par un doctorant qui prépare sa thèse de doctorat.

3. La vie sociale

La vie sociale est très impactée par ces questions d’organisation des cours et du temps. Cela peut paraître secondaire, mais en réalité c’est tout ton fonctionnement habituel qui va s’en trouver bouleversé : comme tu choisis tes cours et que c’est l’administration qui répartit les groupes de TD, tu te retrouves rarement avec les mêmes personnes en cours. De même, beaucoup d’étudiant.es s’aperçoivent au cours de l’année qu’ils n’aiment pas leur filière et partent, ce qui peut être difficile à gérer quand on reste et qu’on s’entendait bien avec une personne depuis plusieurs semaines ou plusieurs mois.

C’est très frappant en première année et je sais que c’est souvent beaucoup plus déroutant qu’il n’y paraît. C’est souvent difficile à gérer car la finalité, c’est que tu es souvent seul à l’université. Si tu n’as pas dès le départ des ami.es qui viennent du même lycée que toi par exemple, tu verras qu’il n’est pas aisé de se faire de nouveaux amis à l’université parce que tu n’as pas le temps de côtoyer les mêmes personnes à longueur de journée. Et faire le même effort à chaque cours pour essayer de trouver quelqu’un de sympa se révèlera vite épuisant : trop de choses à penser et la fatigue s’accumule. Le fait d’avoir des horaires de cours différents selon les groupes revient aussi souvent à manger seul.e le midi, car tel groupe terminera à midi pendant que tel autre reprendra à midi. 

Pas simple donc, et même si ce n’est pas un sujet auquel tu penses au départ, tu peux mettre du temps à identifier le fait qu’un malaise puisse venir de là et s’installer progressivement au cours de l’année. Je te conseille donc de l’anticiper, ne le néglige pas. Si possible, penses-y pour t’adapter au mieux et au plus rapidement dès la première semaine de cours car le fait d’être accompagné par un.e ou plusieurs camarade.s à l’université se révèlera hyper précieux. Sache que c’est surtout la première année qui est difficile, mais qu’ensuite les choses se stabilisent. Il y a moins de changements de filières et tu vas t’habituer au cycle des semestres, trouver tes marques, gérer les temps off où tu seras seul.e et trouver ton rythme de croisière.

Et franchement, si tu gères bien ces trois changements majeurs dans ta formation, tes chances de réussite sont multipliées par mille. Ce sont des aspects psychologiques, qui te permettront d’avancer avec le bon mindset. Si tu as le bon état d’esprit, tout se passera très bien dans l’apprentissage de tes cours.

Bon courage et à très bientôt !

Erika

Share on facebook
Partager
Share on twitter
Partager
Share on linkedin
Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.