FAUT-IL ÊTRE AMBITIEUX POUR RÉUSSIR SES ÉTUDES ?

Cette semaine, je vous partage en vidéo quelques réflexions sur la réussite et l’ambition

C’est une question qu’on me pose souvent, et à laquelle il n’est pas aisé de répondre parce que tout dépend de ce qu’on appelle « réussir » et tout repose aussi sur la notion d’ambition, souvent perçue comme un péché ou comme une vanité : qu’est-ce que c’est finalement que de réussir ses études, et qu’est-ce que c’est qu’être ambitieux ? Ce sont des notions que je souhaite prendre le temps de questionner ici, de manière informelle, parce qu’à mon avis la réponse est bien plus riche et beaucoup plus porteuse que la question en elle-même.

Alors, est-ce qu’il faut être ambitieux pour réussir ses études ? On serait tenté de répondre « oui » comme une évidence : comment réussir des études sans être ambitieux ? Et pourtant, tous les diplômés étaient-ils ambitieux ? Pas forcément. Alors, de quelles études parle-t-on, et de quelle ambition s’agit-il ? C’est ça, qui m’intéresse vraiment ici.

1. Réussir ses études et être ambitieux, c’est quoi ?

Réussir ses études, ça peut simplement vouloir dire que le cursus s’est clôturé par l’obtention d’un diplôme. Mais je pense que réussir des études, c’est justement bien plus que ça. Réussir des études, c’est d’abord et par-dessus tout : choisir les bonnes études, la bonne filière. C’est être diplômé de ce qui sera vraiment porteur pour votre carrière. Je regardais un podcast d’InPower il y a quelques semaines, dans lequel Louise Aubery échangeait avec Sabrina Herlory au sujet des études. Louise disait à Sabrina qu’elle entendait beaucoup de personnalités dire qu’elles n’avaient pas fait d’études, et qu’elle se demandait si finalement ça valait la peine ou non d’en faire – elle-même étant étudiante à Sciences-Po et étant impatiente de terminer.

Elle questionnait par-là une notion à laquelle on a déjà tous réfléchi : est-ce qu’on doit vraiment faire des études pour réussir, est-ce indispensable, est-ce un gage de réussite, etc. ? Et la réponse de Sabrina Herlory est géniale, en cela qu’elle a balayé tout ça naturellement en affirmant que ce n’est pas du tout la bonne question : faut-il ou non faire des études pour être heureux et pour s’épanouir professionnellement ? Peu importe, la question n’est pas là. Tu peux faire des études de droit des affaires ou sortir diplômé d’HEC, si ton kiff c’est l’histoire de l’art ou que ton rêve c’est de travailler à la NASA, tu es sûr à 100% qu’avoir fait ces études ne te permettra pas de t’épanouir par la suite. Dans la réussite, comme dans toute ambition, tout n’est qu’une question d’alignement avec toi-même et avec tes aspirations profondes.

Comme le disait Sabrina Herlory, les études sont souvent synonymes d’attentes de la part de l’entourage et de projections qu’on a portées sur toi. Tes parents ont des attentes envers toi quand ils te paient HEC, ils ont des attentes quand ils te paient un loyer à Paris pendant cinq ans pour que tu fasses l’École du Louvre, ils ont des attentes quand ils te voient entrer en école d’ingénieur à la sortie de ta prépa. Là, ta réussite te renvoie à la pression qu’on te met, alors qu’en réalité la réussite n’a rien à voir avec le fait de coller à ce que les autres ont projeté pour toi.

Et là, peu importe qui sont ces autres et ce qu’ils représentent pour toi. La première réussite dans les études, c’est juste de choisir les bonnes études, celles qui te correspondent vraiment. Faut-il être ambitieux pour réussir ça ? Je pense que oui, parce que cela requiert avant tout que tu croies en toi et que tu aies suffisamment de conviction dans ce que tu vas mettre en œuvre. Si ce n’est pas ton cas, alors tu feras comme la plupart des jeunes qui font des études sans s’être jamais posés la question de savoir ce qu’ils aiment vraiment et ce qu’ils aimeraient vraiment faire. Être ambitieux, c’est ça. C’est seulement faire l’effort de se demander ce qu’on veut faire, et se donner la chance de faire des études dans ce domaine-là, parce que ça a du sens et non parce que le prof principal de terminale ou l’opinion familiale ont jugé que c’était ce qu’il fallait faire.

2. Comment réussir ses études et devenir ambitieux ?

Alors, d’accord mais on fait comment ? Cela paraît simple de dire qu’il faut aimer ce qu’on fait, qu’il faut faire les études qu’on aime, qu’il faut commencer par se battre contre les projections de ceux qu’on aime, mais c’est plus difficile à faire qu’à dire parce que concrètement, il ne va pas s’agir que d’annoncer à tes parents que tu veux faire des études de cinéma alors qu’ils te voient plutôt dans le commerce, ou que tu veux faire HEC alors qu’ils te voyaient plutôt aller faire de l’informatique à la fac.

Non, il ne va pas s’agir que de leur annoncer, il va falloir le dire, le redire et le répéter, durant des années, à tous ceux que tu vas croiser. Pense à ça. Quand les autres vont te demander : « et toi tu fais quoi ? », qu’est-ce que tu vas leur dire, et quel écho cette réponse va-t-elle avoir en toi ? Parce qu’il ne s’agit pas seulement de le dire, il s’agit surtout de l’entendre ; parce que c’est ça, au fond, dont il est vraiment question. Qu’est-ce que ça veut dire justement, d’entreprendre et de réussir telles ou telles études ? Quel sens ça a, pour toi ? Comment tu le projettes, quel est ton plan, comment vas-tu y arriver, et qu’est-ce que tu fais en fait ?

Être ambitieux c’est ça, et réussir c’est ça. Pour que ça marche, il faut que ces deux notions se nourrissent l’une l’autre en toi. Si tu veux réussir, il faut seulement en avoir envie, et pour en avoir envie, il faut seulement que ça te parle, que ça te corresponde, que ça matche. Ensuite, les bonnes questions viendront d’elles-mêmes. Interroge n’importe quelle personne qui « réussit », ce sera toujours une personne inspirante, et les personnes qui sont inspirantes ont toujours deux publics que je perçois très distinctement : tu as ceux qui lui demandent comment elle a fait, et tu as ceux qui lui demandent combien elle gagne. Tu vois où je veux en venir ?

Si pour toi réussir c’est d’abord gagner de l’argent, tu as de fortes chances de faire des études qui ne te correspondent pas spécialement et de plafonner rapidement tes résultats comme de brider ton évolution personnelle ; si pour toi réussir c’est d’abord vouloir évoluer en toi-même, tu as de fortes chances de faire des études qui te correspondent, d’acquérir avec l’expérience et le temps l’expertise la plus fine dans ton domaine de prédilection, et donc d’avoir une carrière qui t’amènera à une reconnaissance certaine. Il te suffit de lire les biographies des personnalités les plus influentes du monde dans n’importe quel domaine pour en avoir la confirmation – lire des biographies, c’est probablement la base quand on entreprend des études quelles qu’elles soient : quelle que soit la filière que tu as choisie, si tu veux comprendre ce que tu fais, lis des biographies.

Si tu ne sais pas par où commencer pour réussir dans ta vie, c’est normal. Si tu ne sais pas exactement où tu vas, ce n’est pas grave. La seule chose qui soit réellement essentielle si tu veux arriver quelque part et que ce soit le bon endroit, c’est uniquement de t’écouter et c’est simplement de faire un pas après l’autre. Personnellement, je n’étais pas ambitieuse quand j’ai commencé mes études, du moins je ne me posais pas la question. J’ai été jetée dans le grand bain, je ne savais pas nager, donc je ne me demandais pas jusqu’où je pouvais aller mais juste où était le bord. Et c’est comme ça que j’ai défini les contours de mon environnement et que j’ai trouvé mes premiers repères.

Le temps que tu saches où se trouvent les bords et que tu cherches comment t’en rapprocher, en fait tu auras appris à nager, tu auras appris à stagner, tu auras appris l’essentiel sur ton environnement et quand tu sauras où te raccrocher si jamais ça ne va pas, tu n’auras plus nécessairement envie de sortir de l’eau tout de suite. Tes questionnements auront changé, tes réponses vont évoluer, et tu vas grandir. C’est ça, se former. C’est ça, que les gens ambitieux font s’en toujours s’en rendre-compte. C’est souvent longtemps après qu’on s’aperçoit qu’au fond, on était ambitieux parce qu’être ambitieux, en fait, c’est avant tout chercher à s’en sortir mais c’est trouver les bords et savoir où ils sont, et pourtant rester dans le bain pour voir si finalement, on ne peut pas remonter un petit peu plus loin. Ce n’est pas viser le 20 kilomètres nage libre, c’est juste viser toujours l’échelle d’après.

Ce que je veux absolument te dire c’est que les personnes qui avaient un plan sur cinq ans ou sur vingt ans ne sont pas nécessairement celles qui ont « réussi ». Les personnes qui ont réussi sont rares, elles n’ont pas toutes fait des études, mais ce qui est sûr c’est que tu réussiras les tiennes si tu veux vraiment les faire et si tu sais pourquoi tu les fais, ce qu’elles représentent pour toi. Tu te sens perdu dans tes études ? Ça ne veut pas dire qu’il faut que tu arrêtes, ça veut uniquement dire que tu as perdu ton pourquoi. Pourquoi fais-tu ces études ? On peut se sentir perdu parce que les raisons ont changé, et souvent il te suffit de produire des réponses actuelles pour repartir d’un bel élan. Pourquoi fais-tu ces études ? On peut se sentir perdu parce que la vision a changé, et souvent il te suffit de se poser à nouveau la question et d’aller chercher en soi-même la réponse pour voir apparaître une vision neuve. Ton identité change durant tes deux, trois, cinq, dix ans d’études. N’aie pas peur de te poser les questions à chaque fois que cela te fait peur, quand tu te sens perdu, quand tu doutes, quand tu te sens à bout de souffle, et même quand ça va hyper bien, parce que cela te permettra d’actualiser sans cesse ta vision et d’affiner ta direction, de voir au loin, et c’est cela pour moi : l’ambition.

Share on facebook
Partager
Share on twitter
Partager
Share on linkedin
Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.